Profession criminel solidaire?

Dissident, insoumis, révolté… autant de qualificatifs employés pour désigner ces femmes et ces hommes qui révèlent des informations sensibles au grand public, parfois au péril de leur propre vie. Mais de citoyen ordinaire à lanceur d’alerte, la limite est parfois poreuse. Comment en arrive t’on à franchir un jour la frontière de la désobéissance civile? Et comment gérer le jour d’après, quand plus rien ne sera comme avant?

Retour sur le parcours de deux criminels solidaires: le chercheur et ingénieur d’étude en géographie au CNRS Pierre-Alain Mannoni, et l’agriculteur Cédric Herroux. Comme les migrants auxquels ils sont venus en aide à la frontière franco-italienne, leur chemin judiciaire a été semé d’embûches. Deux individus animés par un même idéal humaniste qui se sont retrouvés condamnés par la justice française.  En quelques mois seulement, ils sont devenus des ambassadeurs médiatiques de la condition migratoire dans la vallée de la Roja. Militants, de plein gré ou malgré eux, deux destins et une seule voix: celle de la fraternité proclamée de la république Française.

Publicités