En mode majeur

Verticalité et  géométrie sont les principaux leitmotiv qui ont rythmé la conception du nouveau monument philarmonique de Szczecin, en Pologne. Cet imposant volume de verre s’intègre à son paysage industriel autant qu’il s’en distingue , s’érigeant tel un phare au milieu de la vieille ville. 

L’édifice, que les mélomanes locaux et internationaux peuvent déjà apprécier depuis le 5 septembre 2014, propose un équilibre subtil entre masse et hauteur. De l’extérieur, la modulation du toit, à travers la répétition de motifs triangulaires, évoque les variations rythmiques d’une partition musicale mais rappelle surtout la forme des maisons environnantes, permettant au monument de s’intégrer dans son milieu urbain. A l’inverse, son enveloppe de verre et sa monumentalité, avec ses 13 000 m2 au sol, le font apparaître comme un point de repère lumineux contrastant avec la cité, incarnant ainsi son caractère historique et transitoire unique. En effet, la commune polonaise a successivement été aux mains des Prussiens, des Danois, des Suédois et des Allemands avant de revenir finalement aux Polonais en 1945. Quant aux deux salles de concert, conçues comme deux boîtes suspendues, elles sont séparées au centre par un vaste lobby composé d’un imposant escalier en colimaçon débouchant sur un espace multi-fonctionnel destiné à abriter divers événements culturels. La promenade architecturale qu’il représente se charge de préserver la connexion entre les différents niveaux du bâtiment, apportant ainsi plus d’unité à la surface globale de la nouvelle icône de Szczecin.

Publicités